Hôpital privé
Paul d'Egine

Les directives de fin de vie

D’après la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, vous pouvez faire connaitre vos souhaits. Ces directives étant encore peu connues, vous trouverez ci-dessous des informations afin d’en savoir plus à ce sujet.

 

Focus sur les directives anticipées

 

Vous pouvez émettre vos directives anticipées par écrit afin d’indiquer vos souhaits concernant votre fin de vie, dans le cas où, à ce moment précis, vous ne seriez pas en capacité de vous exprimer.

En effet, les directives anticipées permettent au médecin de connaitre votre volonté concernant la possibilité de limiter ou d’arrêter des traitements si vous êtes en fin de vie et dans l’impossibilité de faire part de votre souhait. Vous pouvez y indiquer vos souhaits de prise en charge (qualité de vie, dignité, respect de la demande de non acharnement thérapeutique, soins de confort...) ainsi que votre décision concernant le don d’organes. Une personne est considérée en fin de vie lorsqu’elle est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable.

 

Rédiger des directives anticipées

 

Vous pouvez émettre vos directives anticipées si vous êtes majeur et en état d’exprimer votre volonté libre et éclairée au moment de la rédaction. De plus, vous devez les rédiger vous-même. Si vous ne pouvez pas écrire, vous devez faire appel à deux témoins (dont votre personne de confiance, le cas échéant). Le document sera écrit par un des témoins ou un tiers. Les témoins indiquent leur nom et qualité et attestent que le présent document exprime en tous points votre volonté libre et éclairée.

Le document de directives anticipées est valable durant trois ans.

En cas de changement d’avis

Vous pouvez modifier tout ou partie du document et à tout moment. Si vous ne pouvez pas écrire, la modification s’effectue selon la même procédure que celle de la rédaction initiale. En cas de modification, une nouvelle période de trois années est renouvelée. Il peut être utile de détruire l’ancien document afin d’éviter toute confusion. Les directives peuvent être annulées, dans ce cas, il est recommandé de le faire par écrit et d’en avertir vos proches.

 

Poids des directives anticipées dans la décision médicale

 

Le médecin doit prendre connaissance de vos directives anticipées, essentielles dans la prise de décision médicale car elles expriment votre volonté. Ce contenu est prioritaire à tout avis non médical, y compris celui de votre personne de confiance. En revanche, selon les circonstances et les avancées médicales, le médecin peut appliquer partiellement ou totalement vos directives.

 

Prise en compte des directives anticipées

 

Afin que le médecin puisse prendre connaissance de vos directives anticipées au moment voulu, vous devez lui faciliter les démarches :

  • confiez le document à votre médecin traitant,
  • en cas d’hospitalisation, remettez au médecin hospitalier vos directives anticipées afin qu’elles soient intégrées à votre dossier médical,
  • conservez vos directives ou confiez-les à la personne de votre choix. Dans ce cas, communiquez au médecin qui vous prend en charge les coordonnées de cette personne.